Pesto du jardin

Lorsque mon jardin potager abonde de belles verdures, je fais du pesto. Pour cette recette j’ai utilisé de la roquette et de la coriandre.

Qui a dit que le pesto était réservé au basilic ?

Je vous l’accorde, le vrai pesto est à base de basilic et j’en fait aussi. Mais, le pesto, c’est déclinable à l’infini! Lorsque que j’arracherai mes carottes, je ferai du pesto avec les fanes. Manger du vert vous assure un bon apport en antioxydants donc n’hésitez pas! Le pesto n’est pas réservé aux pâtes. Personnellement je le mange avec la viande, le poisson, dans les salades (en ajout dans la sauce), sur des tartines…bref, avec tout ! Varier les « verdures » que l’on met dedans permet de varier les goûts et les apports en vitamines.

De la roquette dans mon pesto ?

Il faut savoir que la roquette est un crucifère, elle fait partie de la famille des choux. Ceux qui sont hypothyroïdiens doivent savoir que les crucifères crus ne sont pas forcément recommandés, à cause de leur potentiel goitrigène. Ce potentiel est largement réduit lors de la cuisson, donc pas de soucis pour en manger des cuits ! Dans le pesto, je ne fais pas cuire la roquette mais rassurez-vous, une petite quantité de crucifères crus est acceptable, quelle que soit votre condition. De plus, dans le cas de la roquette, ce sont les graines et non les feuilles qui contiennent surtout les glucosinolates, les composés qui peuvent interférer avec l’iode lorsqu’ils sont digérés et décomposés en isothiocynates. Je pense que les bénéfices dépassent les risques, notamment si vous avez un bon apport d’iode.

Les bienfaits

La roquette est une bonne source d’antioxydants : des flavonoïdes (quercétine) et des caroténoïdes. Elle contient aussi de la vitamine B9 (folate) et de la vitamine K.
La coriandre est riche en vitamine A, C et E, toutes antioxydantes et en vitamine K.

La recette

Donc voici ma recette, pour un pot de pesto (pour vous donner une idée, c’est un ancien pot de confiture type « bonne maman »)
– 3 tasses de roquette et coriandre bien tassées (tassez assez sinon le pesto va être trop liquide). Je n’ai pas mesuré les proportions de chacune mais j’avais largement plus de roquette que de coriandre.
– 1/4 t d’huile d’olive pressée à froid biologique
– 1/3 t de graines de tournesol (pourrait être des graines de chanvre, de citrouille…)
– 2 gousses d’ail
– 1/4 à 1/2 c à c de sel rose ou gris.
Réduisez le tout au robot culinaire et régalez-vous !

Le pesto se conserve au réfrigérateur pour une à deux semaines. J’en congèle régulièrement tout l’été pour en manger toute l’année !